Comme bien d’autres termes employés par les institutions gouvernementales et intergouvernementales, le terme « retour » a peu à peu acquis une autre acception. Aujourd’hui, dans la plupart des pays du nord et du sud, le sens même du terme « retour » se trouve trop fréquemment associé à la fin du cycle migratoire, voire à l’éloignement ou à l’expulsion des migrants. Cette vision est devenue si hégémonique, pour ne pas dire dominante, que toute référence au retour des migrants semble indiquer l’expression directe du pouvoir coercitif de l’Etat et de ses institutions.

Or, tout chercheur ayant travaillé sur la migration de retour sait que cette confusion terminologique n’appartenait pas aux débats et échanges sur la migration de retour datant des années 70 et 80. Le retour des migrants n’était aucunement lié, de près ou de loin, à leur éloignement d’un territoire national, voire à leur expulsion. Au contraire, les principaux thèmes de discussion portaient essentiellement sur les raisons ou motifs invoqués par les migrants de retour, aussi bien temporaires que permanents, leurs aspirations et modes de réintégration au pays d’origine.

Ce changement terminologique reflète une vision sécuritaire et temporaire des migrations internationales qui s’est fortement consolidée, au cours des deux dernières décennies. Elle émane, à son tour, de paradigmes puissants et priorités qui ont subtilement détourné l’attention des politiques des droits fondamentaux, choix et aspirations des migrants de retour.

Aussi, la plateforme « Migration de retour et développement » (ou plateforme RDP – Return migration and Development Platform) entend donner la parole aux migrants de retour dans leur pays d’origine, que ce dernier soit un pays développé ou non.

La plateforme RDP favorise les échanges et partages de connaissances propres aux réalités des migrants de retour, dans le sens le plus large du terme. Elle abrite des projets de recherche comparative et des enquêtes de terrain basées sur des entretiens directs auprès des migrants de retour. Elle a pour objectif de diffuser des données et analyses visant à promouvoir des dialogues et débats ouverts et constructifs. Son approche multidisciplinaire entend faire la lumière sur les schémas d’interprétation dominants qui continuent de modeler la compréhension et la perception de la migration de retour, la réintégration et les migrants de retour.

La plateforme RDP et son équipe de recherche sont situées au Centre Robert Schuman de l’Institut Universitaire Européen (Florence, Italie).

Bienvenue sur la plateforme !